Pour un Sourire d’Enfant – PSE

Porteur de projet : Marie-France des Pallières

Présentation de l’ONG « Pour un Sourire d’Enfant (PSE) »

Depuis plus de 20 ans, PSE agit au Cambodge pour mener les enfants de l’extrême misère à un métier qualifié, digne et correctement rémunéré grâce a la prise en charge globale de leurs besoins et des programmes de scolarisation allant de la petite enfance aux formations professionnelles. 

Confrontée depuis plusieurs années au drame des handicapés sans ressources, PSE prend depuis peu en charge ces enfants et cherche les ressources financières nécessaires à leur appareillage et à une assistance médicale spécifique pour les sortir eux aussi de la misère et les mener à un métier. Le coût moyen de la prise en charge annuelle d’un enfant handicapé est de l’ordre de 1.500€. 

C’est l’objectif de notre projet de pouvoir venir en aide à plusieurs enfants handicapés qui sollicitent notre aide et comptent sur notre générosité. 

Pour un Sourire d’Enfant

En 1995, le Cambodge sort à peine de 25 années de guerre. Le pays est dévasté. Il n’existe plus de repère, ni de structure. Les pauvres vivent dans une très grande misère à la fois matérielle, physique et morale. Et les enfants en sont les premières victimes : leur avenir se limite aux décharges ou à l’errance dans les rues avec tous ses dangers.

Christian et Marie-France, des Pallières étaient de jeunes retraités en mission humanitaire à Phnom Penh (Cambodge) quand ils découvrent l’inimaginable : une décharge à ciel ouvert où vivent et travaillent des centaines d’enfants qui se nourrissaient des déchets et risquaient leur vie tous les jours. Choqués, ils décident immédiatement de « faire quelque chose » pour répondre à la demande, simple, des enfants : un repas par jour et aller à l’école.

En 1995, Christian et Marie-France créent l’association Pour un Sourire d’Enfant (PSE). Ils achètent un terrain juste à côté de la décharge, où ils construisent une petite paillote pour distribuer les repas et faire les premiers soins. Les premiers cours sont dispensés dans une petite maison louée en ville. Et la première vraie rentrée a lieu en octobre 1997 avec 250 enfants accueillis dans le centre PSE nouvellement créé à Phnom Penh. Dès le début de son action, PSE a mis en place une méthode d’enseignement accéléré pour les enfants trop longtemps déscolarisés et trop âgés pour réintégrer le système scolaire classique. C’est le programme de rattrapage scolaire, qui permet aux enfants d’étudier en un an le programme de deux années scolaires.

Convaincue que seul l’apprentissage qualifié permet aux jeunes défavorisés de s’intégrer dignement et durablement dans la société, PSE a créé l’Institut de Formation Professionnelle, à Phnom Penh. 20 formations réparties dans 4 écoles sont offertes. Reconnu officiellement par le Gouvernement Royal du Cambodge, l’Institut PSE délivre des diplômes agréés par le Ministère cambodgien du Travail et de la Formation Professionnelle.

Le Cambodge se développe mais les familles les plus vulnérables sont repoussées du centre-ville sous la pression du développement urbain. Elles sont éparpillées dans des zones de grande misère, vivant dans des petites maisons faites de tôles et de bois, n’ayant pas toujours l’électricité ni l’eau courante, dans des environnements très dégradés et pollués. Lorsqu’ils le peuvent, les parents tentent de survivre en faisant des « petits métiers » : chantiers de construction, ventes de rue, cueillette et vente de liserons d’eau), mototaxis, lavage du linge des autres … Ces métiers sont mal rémunérés, éphémères et sans avenir.

Besoins:

Aujourd’hui, PSE soutient 3 000 de ces familles vulnérables à Phnom Penh, Siem Reap (Angkor) et Sihanoukville. Plus de 6.500 enfants bénéficient de nos programmes chaque année et 4.500 diplômés sont déjà dans la vie active. Mais la situation des handicapés reste dramatique sans aucune aide d’aucune sorte. Face à cette situation, PSE a décidé de prendre en charge des enfants handicapés mais a cruellement besoin de ressources pour leur appareillage et assistance médicale spécifiques.
C’est l’objet du projet présenté par PSE au Gala des Assolidaires avec l’espoir d’y décrocher des moyens financiers, environ 1.500€ par handicapé, pour les sortir eux aussi de l’extrême misère et les mener à un métier digne et valorisant.

Serey My NEOU

POURQUOI CE PROJET ?
Je cherchais un projet structurant qui réponde à des valeurs importantes
- Diversité
- Inclusion
- Education

Diversité : donner la chance à des personnes d’évoluer
Inclusion : donner la chance à des personnes qui ne sont pas sur la même ligne de départ d’évoluer et de grandir.
L’éducation : par le savoir faire et le savoir être permette à 1 société de grandir. Contribuer à ma petite échelle au rayonnement du Cambodge est un devoir et une fierté.

POURQUOI CETTE ASSOCIATION ?
J’ai découvert PSE à travers des posts Facebook sur des groupes d’intérêt khmers.
Etant d’origine cambodgienne et un pur produit de la méritocratie (père ouvrier, mère au foyer), j’ai été sensible à leur approche car elle met 2 composants en avant qui me sont chères
- L’assistance d’enfants khmères défavorisées, en situation d’exclusion
- Une vision de l’assistance à long terme à travers le développement par l’éducation et la volonté de rendre les populations précitées autonomes.

Pour un Sourire d’Enfant - PSE

Marie-France des Pallières

49 rue Lamartine
78000 Versailles / France
+33 (0)1 30 24 20 20

https://pse.ong/

Présentation du projet

Retour haut de page